Fayalala-Carrefour, un village à jamais menacé

  • PAR admin
  • 2 novembre 2017
  • 0

Le village de Fayalala-Carrefour situé dans la sous-préfecture de Siguirini, préfecture de Siguiri est plus que jamais pollué par les déchets chimiques (cyanure) déversés par la société minière de Dinguiraye (SMD).
Fayalala-Carrefour est un village situé à environ 7 km de la commune rurale de Siguirini, elle-même située à près de 150 km de la commune urbaine de Siguiri. La vie de ses plus de 500 habitants est fortement menacée par le lac artificiel de cyanure crée par la société minière de Dinguiraye. Les installations de la SMD sont à près de 1 km de là et le dépôt de cyanure est à seulement 20 m des cases. Relié de l’usine par des gros tuyaux noirs qui servent de canalisation des déchets à forte concentration de cyanure, le lac à résidus comme on l’appelle à la SMD est une vaste étendue de près de 3 hectares. Les tuyaux évacuent sans arrêt cette eau souillée de produits dévastateurs et le lac ne fait que s’élargir au grand dam de la biodiversité. L’environnement de cette localité est pollué. Arbres et herbes séchés, sol totalement détruit, faune en voie de disparition et même l’eau et l’air de cet espace sont vastement contaminés. C’est du moins l’image que donne le lac à cyanure de Fayalala.
Village menacé
Ceinturé par les travaux de la société et la proximité avec le lac à cyanure, ce village est plus que jamais menacé. Fayalala est séparé du lac par un remblai qui cède parfois sous l’effet des intempéries qui laisse couler directement cette souillure au village. Les villageois font majoritairement de l’orpaillage pour subvenir à leurs besoins. Les activités agropastorales sont désormais reléguées au second plan, à cause du manque de terre cultivable et du cyanure qui tue le cheptel.
Sur les bénéfices tirés de l’exploitation des richesses de la terre de leurs ancêtres, les citoyens de Fayalala-Carrefour n’en bénéficient presque rien de la SMD. Seulement un forage que les citoyens n’utilisent presque pas à cause de la qualité douteuse de l’eau due à sa proximité avec le lac à cyanure, une école et l’envoi de deux sages à la Mecque constituent les bénéfices cités par les populations de la part de la SMD. A ce jour, les communautés se rabattent sur un puit amélioré fait par l’Etat pour leur besoin en eau potable. « Nous n’avons aucune infrastructure de base ici. Aucun hôpital, ni eau, ni électricité encore moins un centre de loisir. Les habitants de cette localité sont confrontés à un réel problème d’eau potable. L’eau du forage n’est pas consommable et les puits ont un usage incertain. Nous n’utilisons cette eau que par contrainte et avec des doutes », explique un citoyen de la localité qui affirme que la préoccupation sanitaire des villageois est malheureusement ignorée par la SMD.
Parlant de l’occupation des terres cultivables, Mamady Camara n’est pas passé par le dos de la cuillère : « nos grands-parents étaient agriculteurs, mais aujourd’hui tous les terrains sont dévastés par l’exploitation ou par le dépôt de cyanure. Au minimum un bétail meurt sous l’effet du cyanure par mois. Ce qui veut dire que l’élevage aussi n’est pas du tout praticable chez nous actuellement».
« Nous avons revendiqué à plusieurs reprises et la SMD nous a fait des promesses qui ne sont jamais tenues. Nos jeunes ne sont pas employés au sein de la compagnie sous prétexte qu’ils ne sont pas instruits. Et pourtant, nous avons des sortants d’universités chez nous », renchérit le vieux visiblement déçu.
Sur les problèmes spécifiques des femmes dans cette localité, Mme Fantagbè Camara note que les femmes ne bénéficient d’aucun appui de la part des exploitants. « Ils ont promis de nous former en teinture et saponification. Nous nous sommes constitués en groupements, mais jusqu’à présent aucune formation n’a été faite », précise-t-elle.
« Vue tous ces problèmes, nous avons demandé à la SMD de nous recaser ailleurs pour qu’on puisse mener à bien notre vie. Mais, la société n’en veut pas. Ils nous ont juste promis de délocaliser le dépôt de cyanure vers le village Amina », appui Mme Camara.
Or mis le lac à cyanure, la population de Fayalala-carrefour est submergée de poussière qui se soulève au passage régulier des camions de la SMD. D’où des nombreuses plaintes sanitaires liées aux problèmes respiratoires affirment les citoyens.
Une mission des ministères des mines et de l’environnement a récemment séjournée dans la localité pour constater les nombreux impacts qu’endurent les communautés par rapport à l’exploitation de l’or. Des promesses allant dans le sens de l’atténuation de ces impacts avaient été tenues selon les populations qui comptent désormais sur l’éventuelle action des autorités en leur faveur.
Le village Amina, la prochaine victime ?
La SMD envisage de délocaliser son dépôt de déchets à forte concentration de cyanure de Fayalala-Carrefour vers le village Amina, situé à environ 3 km à l’Est de l’usine. L’installation n’est pas encore faite, mais le site serait déjà identifié. Les habitants de cette localité doivent bien s’apprêter à vivre dans un environnement pollué à l’image de ceux de Fayalala-carrefour si des mesures de gestion plus appropriées des déchets chimiques ne sont pas prises.
La société n’a tout de même pas précisé quand est-ce qu’elle compte délocaliser son dépôt. Et le sort des citoyens reste suspendu à cette décision.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
PRÉCÉDENT «
SUIVANT »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOS PARTENAIRES