• Accueil
  • >
  • ACTUALITES
  • >
  • Dinguiraye : divorce consommé entre le préfet et le Directeur préfectoral des Mines

Dinguiraye : divorce consommé entre le préfet et le Directeur préfectoral des Mines

  • PAR admin
  • 18 octobre 2017
  • 0

Le divorce est consommé entre le préfet de Dinguiraye, le Colonel Mamadou Lamarana Diallo et le directeur préfectoral des mines et de la géologie, Mamadou Alpha Condé. Les deux personnes s’entre accusent et chacun jette l’anathème sur l’autre. Le préfet interdit au directeur préfectoral des mines de faire tout travail lié à ses fonctions jusqu’à nouvel ordre. Les deux protagonistes restent suspendus à une décision du département des mines censée les départager.

Rien ne va plus entre l’administrateur de cette circonscription et le technicien du département des mines de Dinguiraye. Le premier accuse le second d’insubordination, d’abandon de poste et de mauvaise foi et le second quant à lui affirme que le préfet veut à tout prix l’enlever de son poste parce qu’il n’a pas soutenu la conspiration visant à détourner l’argent des taxes payées par la société minière de Dinguiraye (SMD) pour le développement communautaire. Du coup, le préfet déclare ouvertement ne plus pouvoir travailler avec le responsable des mines de la localité qui a fait plus de 15 ans au même poste.

Muté à Dinguiraye en début d’année, le Colonel Mamadou Lamarana Diallo accuse Mamamdou Alpha Condé d’avoir créé des problèmes à tous les préfets qui se sont succédés à Dinguiraye. Pour lui, M. Condé doit travailler sous ses ordres, pas en rang dispersé. Les hostilités entre les deux personnalités ont commencées lors de la célébration de la journée de l’orpaillage à Kankan. Le préfet n’a digérer le fait qu’il ne soit pas imprégné du contenu du discours de circonstance lu par le directeur préfectoral des mines au nom de Dinguiraye devant le président de la République.

« Sans mon consentement, il a rédigé un discours à mon nom qu’il a lu devant le président de la République lors de la journée nationale de l’orpaillage à Kankan. Il m’a fait dire des choses, alors que c’est lors de la lecture que j’ai compris qu’il y’a un discours à lire au nom de Dinguiraye. Et il n’est jamais venu me dire pourquoi il l’a fait. Ensuite, il peut faire 3 mois ou plus sans ouvrir son bureau. Il ne fait que se balader à Conakry pour des raisons que j’ignore. Et pourtant il est muté ici (Dinguiraye, Ndlr), pas à Conakry », explique le préfet.

Il estime que le responsable des mines de Dinguiraye n’avait ni le droit encore moins la responsabilité de rédiger un discours concernant Dinguiraye sur les activités minières sans l’en parler. De l’autre côté, le Colonel Mamadou Lamarana Diallo estime qu’étant seul dans la localité son directeur des mines ne doit pas s’absenter plus de deux mois et sans aucune notification à l’autorité préfectorale.

« Il n’a même pas participé à notre conseil préfectoral de l’administration. C’est ce qui m’a conduit, dit-il à demander à son ministre de le remplacer par une personne disponible pour faire le travail à sa place. J’ai fait une note à mon ministre, le Général Bouréma Condé pour lui signifier que je ne peux pas travailler avec ce Monsieur. Je suis parti jusqu’à Conakry pour l’expliquer et a profité de l’occasion pour demander au ministre des mines et de la géologie de remplacer M. Condé par un autre cadre de son choix. Je suis à l’attente de cette décision. Mais d’ici là, il ne doit pas exercer dans ma circonscription ». Le préfet précise tout de même qu’il ne reproche rien à Mamadou Alpha Condé en terme détournement ou encore quelconque malversation financière. Le seul pêché du directeur des mines selon le préfet est son absentéisme et son insubordination vis-à-vis de l’autorité préfectorale.

Pour le directeur préfectoral des mines, les causes de ce divorce sont ailleurs. Le préfet veut m’éjecter précise-t-il, parce que je n’ai pas voulu lui donner l’argent de la taxe superficiaire que la SMD a récemment payé à la localité de Banora.

« Après un combat de dure labeur que j’ai gagné contre la SMD pour le payement de l’arriérée de la taxe superficiaire depuis 2008, le préfet m’a appelé pour demander pourquoi je veux remettre le montant au maire de Banora et non à lui. Je lui ai dit que ce n’est non seulement pas moi qui donne l’argent mais aussi la loi demande à ce que le chèque soit remis directement au bénéficiaire. Et la taxe est destinée au développement de la localité directement impactée par l’exploitation. C’est ainsi que le préfet s’est déporté à Conakry à cause de cet argent. Et comme il n’a pas eu gain de cause, il veut coûte que coûte me chasser de là », raconte Mamadou Alpha Condé d’une mine serrée.

Il dit ne pas être contre n’importe quel préfet, mais souhaite une gestion rationnelle des fonds destinés à la population. Le directeur des mines soutient que le préfet s’est fait embarqué dans le groupe de ceux qui bouffent l’argent destiné au développement communautaire, dirigé par le directeur préfectoral du plan, Lamine Souaré et le directeur préfectoral des microréalisations, Débéré Sacko. « Je ne suis pas contre quelqu’un, mais contre un système installé par une bande de cadres malhônnetes. Je ne suis pas d’accord qu’on mange l’argent des taxes sur le dos de la population qui souffre énormément des séquelles de l’exploitation. Je ne suis pas domptable et je ne démissionnerai jamais. Mais je ne peux pas travailler avec un préfet qui veut passer par moi pour manger l’argent des communautés », décide Mamadou Alpha Condé.

Sur la question du discours de Kankan, M. Condé dit que le préfet qui venait à peine d’arriver à Dinguiraye ne pouvait pas avoir des informations nécessaires pour faire le discours. Et puis, tout ce qui est mentionné dans le discours dit-il, n’a rien de compromettant pour le nouveau locataire de la préfecture.

Ce qui reste clair, le divorce est déjà consommé entre les deux hommes. Le préfet a demandé à tous les cadres de l’administration de la localité de l’avertir dès que quelqu’un voit M. Condé travailler soit à Dinguiraye centre ou dans les zones d’exploitation artisanale.

Le directeur des mines faisant fi des instructions du préfet a  été interpellé et ramener de force par la gendarmerie (PA) de Banora à 80 km de Dinguiraye, le vendredi 9 juin 2017 lorsque ce dernier a effectué une visite de terrain dans la zone. Sur ordre du préfet, il a été directement conduit chez le préfet pour des explications.

Contacté par notre reporter après l’incident, M. Condé affirme que le préfet lui a réitéré la décision de ne plus vouloir travailler avec lui. « Il me dit de ne pas travailler dans sa circonscription. A défaut d’être muté ailleurs, il demande de lui fournir un papier de mon ministère de tutelle m’autorisant de continuer mes activités. C’est ainsi qu’il a donné ordre aux gendarmes qui m’ont escorté jusque-là de me laisser partir », raconte-t-il.

En tout cas, à ce stade du conflit entre le préfet et le directeur préfectoral des mines de Dinguiraye, l’opinion reste confuse quant au bien-fondé de ce tiraillement qui a plutôt l’air d’être une querelle d’intérêts entre les deux parties. Aucun des protagonistes ne manque d’arguments pour diaboliser son adversaire, comme pour dire que tous les moyens sont bons pour sauvegarder son intérêt.

Pendant ce temps, les populations de Dinguiraye ont du mal à palper les retombées de l’exploitation minière dans leur localité. Le gros défi reste et demeure celui de la gestion efficace des 0,2% du chiffre d’affaires de la SMD et les taxes superficiaires qui reviennent de droit aux communautés pour leur développement.

Affaire à suivre

Mamadou Oury Bah, envoyé spécial

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
PRÉCÉDENT «
SUIVANT »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOS PARTENAIRES