Boffa : une préfecture aux multiples potentialités et des opportunités en attente.

  • PAR admin
  • 27 novembre 2018
  • 0

Le leadership jeunes pour le développement de Boffa  a organisé la 1ere édition du Forum des jeunes de Boffa sous le thème potentialités et employabilité des jeunes. Les débats se sont déroulés sous la présidence du ministre de la jeune et de l’emploi jeune Mouctar Diallo.  Avec une présence de plusieurs membres du gouvernement, de l’autorité préfectorale, des représentations diplomatiques, des ONG, Partenaires au développement et les medias.

La préfecture de Boffa est une localité stratégique dans le plan de développement de la Guinée. De par sa position géographique et ses ressources  naturelles,  Boffa doit être une des locomotives qui tire l’économie de la guinée vers une croissance solide, socle de l’émergence du pays. Cependant le constat actuel est loin d’être reluisant. Boffa est caractérisée de nos jours par une économie faible basée sur l’agriculture, la pêche et les mines.  La faiblesse des infrastructures et  le chômage de la jeunesse sont  palpables et constituent un handicap pour le développement de la localité qui, pourtant regorge de potentialités  économiques viables à exploiter.

Les 8 collectivités de Boffa étaient massivement  représentées à cette rencontre d’échange sur le développement de la préfecture de Boffa. ‘’ La jeunesse doit être une opportunité et non un fardeau a dit Madame Aissata  Sacko, préfet de Boffa. Pour concrétiser l’ambition de transformer l’économie de la localité, il est nécessaire de conjuguer les efforts à tous les niveaux afin de capturer les opportunités qui s’offrent aux jeunes de la localité.

La présidente du conseil d’administration  de LEJDEV se dit convaincue que ce forum est le fondement d’une nouvelle dynamique de développement de la ville historique de Boffa.  ‘’ Il faut accepter les critiques pour poser le diagnostic réel des problèmes de la jeunesse de notre localité’’ a soutenu  Madame Zenab Camara, Cheffe de cabinet du ministère de l’enseignement supérieur, ressortissante de la localité.  S’adressant à la jeunesse elle que ‘’ toute aide à la jeunesse de Boffa doit s’ajouter à nos efforts, surtout croire en notre capacité de porter des initiatives qui nous font prospérer’’.

L’organisation de ce forum découle du constat que Boffa est une préfecture  qui regorge de potentialités, malheureusement non valorisées. Ceci a pour conséquences la précarité sociale, le manque d’infrastructures sociales et économiques, le chômage accru de la jeunesse caractérisée par la faible qualification de cette dernière.

Quelles  sont les Potentialités de Boffa ?

La préfecture Boffa a une superficie de 603000 KM2 pour une population de 212 000 Habitants à raison de 35 habitants par km2.  Une ville historique et cosmopolite avec un climat social favorable à la cohabitation pacifique des populations dans un esprit de confraternité. Cette préfecture située à 150 km de Conakry et 117 km de Boké jouit d’une position géographique favorable à son développement. Facile à accéder, une ouverture à l’océan Atlantique,  des conditions environnementales et géologiques propices au développement économique. Tout  Ceci positionne Boffa comme étant l’un des pôles économiques les plus viables de la Guinée.   Voilà autant de raisons qui font croire au développement de cette localité dans un avenir proche.

Les Mines : Boffa est l’une des préfectures les plus riches en ressources extractives. De nos jours, la bauxite est la matière la plus convoitée dans la Zone. Plusieurs projets miniers sont prévus dans la zone. Alufer, China Power investment, TBEA, Axis Menerals, Eurasian, Chalco  entre autres sont les  sociétés minières qui  évoluent à Boffa. Alufer a d’ailleurs entamé la phase de production depuis le 03 Aout 2018. La présence de toutes ces entreprises offre pleines d’opportunités à saisir pour la population de Boffa notamment à sa jeunesse. Le contenu local de ces différents projets pourrait impulser une dynamique économique locale à travers la consommation des biens et services locaux, le transfert de compétences et la création de nombreux emplois directs et indirects.

Ce  secteur peut servir de catalyseur pour entrainer le développement des autres potentialités d’ailleurs plus durables telles que l’agriculture, l’élevage, la pêche etc. …  cependant, tout ceci ne peut se réaliser que si les jeunes acceptent de prendre leurs destins en main  et que l’Etat accompagne les initiatives privées locales par des politiques publiques adéquates et des infrastructures de soutien à l’économie. Promouvoir et soutenir  la création des entreprises s’avère le moyen le plus efficace pour résorber l’épineuse question du chômage.

L’agriculture : La préfecture de Boffa est une  zone agricole et rizicole  par excellence. A l’image des localités du littoral guinéen les populations de  Boffa vivent  de l’agriculture et profite de la fertilité du sol. Boffa dispose de  70 000 hectares de  zone côtière et  10 000 hectares de terres cultivables. Le secteur agricole est une opportunité sure à saisir par les jeunes entrepreneurs.

La pêche : forte de sa position littorale, Boffa a une grande ouverture à l’océan. La pêche est l’une des activités traditionnelle de la localité. Florissante, elle emploie un nombre important de jeunes et supporte plusieurs familles.  Cette activité mérite d’être soutenue à travers des programmes de renforcement des capacités des acteurs (équipements modernes et techniques professionnelles à la hauteur des enjeux).  La pêche artisanale est la plus pratiquée dans la préfecture de Boffa. Elle emploie beaucoup de personnes cependant, les pécheurs artisans sont confrontés à d’énormes difficultés notamment dans la cohabitation avec les sociétés chinoises qu’ils accusent d’être à la base de la chute de leur rendements.

’ Nous notons  actuellement la présence de 6 à 7 entreprises de pêche chinoises, ceci fait qu’il y’a rareté du poisson. Au-delà, ils détruisent régulièrement  nos filets.  Les chinois ne respectent pas les normes du maillage cet état de fait nous est défavorable car ça entraine la baisse de notre rendement’’ nous explique Idrissa Bangoura chef du port. Il n’a pas manqué de signifier ses souhaits qui sont : la réglementation de l’activité de la pêche ; l’accompagnement en équipements et en moyens financiers des pêcheurs ; l’aménagement du port de pêche et la mise à disposition d’un bateau de transport pour assurer la liaison Boffa-Guemeyiré.

Le tourisme : nantie de plusieurs sites touristiques, Boffa compte une dizaine de sites  balnéaires, historiques ou religieux à valoriser. Ce secteur accompagné de l’hôtellerie pourrait impulser une dynamique économique locale capable de créer beaucoup d’emplois. La valorisation des nombreux sites touristiques de la zone s’impose comme une nécessité pour faire de ce secteur  l’un des moteurs de la croissance de la préfecture.

L’élevage : l’élevage est un secteur viable et pratiquée dans la zone.  Cette activité a un avenir radieux devant elle si les conditions sont réunies pour un élevage moderne. Une autre opportunité d’investissement des jeunes pour tirer profit des projets miniers. L’existence de l’école nationale de l’agriculture et de l’élevage ENAE de KOBA, constitue un atout important pour la formation des jeunes sur ces deux secteurs d’activités durables.

Les prestations de services : Le commerce, les prestations de services, l’économie  numérique, les arts et métiers   ont de beaux jours devant eux dans la préfecture de Boffa. Tout ceci ne peut prospérer que quand les efforts sont mutualisés, la jeunesse engagée, et la volonté politique au support.

Amadou Bah, envoyé spécial

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
PRÉCÉDENT «
SUIVANT »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOS PARTENAIRES