Banankoro : la position peu confortable de Guitter mining

  • PAR admin
  • 28 août 2018
  • 0

La sous-préfecture de Banankoro, située à Kérouané est une localité riche en diamant. Elle reste convoitée par des entreprises minières. Aujourd’hui, la plus grande superficie d’exploitation est détenue par la société Guitter mining SA qui est la branche du consortium Guitter SA. Installée en 2010, l’entreprise a commencé ses activités d’exploitation en juin 2011. Et depuis, beaucoup d’eau a coulé sous le pont. Afin de s’enquérir des réalités, des relations entre l’entreprise et la communauté, les défis et les perspectives, Amines a interrogé le chargé des relations communautaires de Guitter Mining SA, El hadj Mohamed Lamine Condé. Lisez…

Quels sont vos rapports avec les communautés de Banankoro ?

Elles sont bonnes. La société travaille de concert avec le comité de concertation des localités minières (CCLM) qui est installé au niveau de toutes les sous-préfectures. Ces comités sont les représentants de la communauté. On travaille de concert avec les relations communautaires des différentes sociétés pour satisfaire les demandes des communautés, suivant le contenu local.

Quand la société paye les 1%, le quota des répartitions est établit jusqu’à Conakry au ministère des mines et de la géologie. Nous recevons le chèque. Dès qu’on nous signale de l’arrivée de la délégation, directement, ils se présentent  à la préfecture sous l’autorité du Préfet. Lui, il délègue le chargé des relations des collectivités décentralisées pour venir livrer le chèque aux ayants droit.  Sur le terrain, toutes les communautés sont convoquées : la commune, le sous-préfet et tous les responsables locaux suivant la clé de répartition, parce que c’est toute la préfecture de Kérouané qui est concernée par la répartition de ce quota et toutes les sous-préfectures. Ensuite, le gros lot revient aux localités qui sont directement impactées par l’exploitation minière. Ainsi, on répartit le chèque suivant les recommandations de Conakry.

Aujourd’hui, quelles sont les réalisations en terme de contenu local ?

Guitter mining a posé des actes dans la réalisation des objectifs sociaux. Parlant du contenu local, Guitter mining recrute essentiellement sur place. Les 95% des postes sont donnés sur le terrain. Dans ce cadre, les enfants du terroir sont  employés en priorité par la société.

Sur le plan du développement local, depuis son installation jusqu’à maintenant, Guitter Mining a construit un centre de santé à Tissinkoro, équipé le bloc administratif de la sous-préfecture de Banankoro, Guitter construit une mosquée à Kalamano Massandô et le bureau du district. La société a travaillé sur la réfection de certaines routes, nous avons rénové la salle polyvalente de la maison des jeunes de Gbenko, Guitter mining a donné des chaînes musicales à des groupements de jeunesses…

C’est à partir de là, que les communautés réalisent, parce qu’il faut que l’impact soit vu sur le terrain. En dehors des 1 %, la société vient en aide aux communautés selon leurs demandes et cela en rapport avec le CCLM, parce que nous avons constaté qu’à chaque fois que nous faisons des assistances à la communauté, quand une mission vient, elle ne reconnait pas. Donc on a prévu de faire deux  listes : l’une pour les demandes d’assistance jusqu’au dernier habitant, et quand elle envoie les demandes (agrégats, aides financières, carburant et autres) nous les envoyons au président du CCLM parce que nous travaillons avec lui comme le représentant des communautés. Donc quand il appose sa signature, le directeur satisfait directement la demande et nous avons ces exemples de demandes ici qui coûte des millions et des millions en dehors des 1% (taxe sur le chiffre d’affaire, Ndlr).

Qu’en-est-il de la formation des jeunes de la localité, du recrutement et de la sous-traitance?

Nous avons formé beaucoup de jeunes sur des engins miniers. Et nous en sommes fiers. Actuellement, certains de nos ouvriers sur le terrain ont été formés ici et ont été employés ici. Les jeunes suivent des formations ici, mais on a exigé à ce que les ressources humaines identifient  tous les participants après leur formation  pour garder la liste pour servir de preuve. Tous ceux-ci sont à l’actif de la société et pour ne pas qu’ils disent un jour que la société n’a rien fait pour eux. Aussi, beaucoup de jeunes que nous avons formé évoluent à Siguiri et d’autres dans les zones minières de la Basse Guinée.

Nous travaillons de près avec le CCLM installé à Banankoro pour les recrutements. On a une société de sous-traitance DO-SERVICE  pour la sécurité. Ils ont 60 surveillants repartis entre les districts. Chaque district donne un quota et ce sont ces jeunes locaux qui sont regroupés au sein de cette société de surveillance. Quand il y’a un manquant c’est la communauté aussi qui remplace son élément pas la société. Ils sont satisfaits de cela.

Quels sont les problèmes récurrents entre vous et les communautés ?

On n’a pas de problèmes avec la communauté, mais avec  les masters (chefs exploitants artisans ou semi-industriels, Ndlr), parce qu’ils convoitent notre zone. Et quand on dit qu’on a besoin des communautés, au lieu que les élus locaux répondent c’est plutôt les masters qui viennent devant les missionnaires. Comme ce sont nos concurrents, ils ne veulent pas voir la société, ils jouent leur jeu. Sinon il n’y a pas de problème majeur entre les communautés et nous.

Le dernier problème est celui de la gestion des 1% du chiffre d’affaire. Ils ont faits la répartition entre les districts les plus touchés pour un cycle tournant et l’année dernière c’était le district de Sirignardou qui était concerné. Le chèque de  81 000 000 GNF a été donné à la commune. Mais aucune infrastructure n’a été réalisée. Ils ont détourné l’argent, et les populations de Sirignardou se sont soulevées pour bloquer les travaux de la société.

Nous nous sommes rendus sur le terrain pour les dire que la société s’est acquittée de ses devoirs, c’est à la commune de prendre ses responsabilités. Mais elles ont insisté pour dire  que c’est la société qui a payé les montants, donc c’est à nous de retirer encore l’argent pour les donner. Nous étions obligées encore de prendre les frais de la justice à hauteur de 15 millions GNF. Nous sommes à la justice de Kérouané, ça n’a pas marché et l’affaire est maintenant à la justice de Kankan.

Vous êtes à la justice avec qui ?

Nous sommes à la justice avec le Maire de Banankoro. On a donné l’argent, après 3 mois, la population de Sirignardou est venue se plaindre qu’elles n’ont pas reçu l’argent. Nos enquêtes prouvent que et c’est le Maire qui avait détourné les  81 000 000 GNF.

C’est la société qui est en train d’aider la population en faisant les enquêtes et en suivant les procédures judiciaires pour voir si elle peut récupérer son argent. Mais nous, nous ne sommes pas obligés. On les aide parce qu’elles n’ont pas les moyens. Ce n’est pas fini parce qu’elles n’ont pas reçu leur argent. Quand les sociétés paient, il faut que les autorités aussi fassent les réalisations, sinon le tout repose encore sur la société et pourtant ce n’est pas elle qui fait les répartitions.  Il faut qu’ils revoient leur manière de répartition pour que les sociétés soient en paix.

Les informations qui nous sont parvenues disent qu’en  2017,  Guitter Mining a payé une partie de sa taxe superficiaire à un député de Banankoro. Expliquez-nous qu’est-ce qui a prévalu à cette opération ?

C’est une procédure bien établie. La société ne s’intéresse pas tellement à cela. Parce que c’est une procédure gouvernementale. Chaque fois que nous payons des ristournes, c’est la procédure que nous suivons. Donc ça vient de l’amont vers l’aval. C’est à partir de la direction à Conakry que cette opération a été faite. S’il y a eu incompréhension quelque part, ce n’est pas de la volonté de la société. Je pense que dans le futur, il faut changer un peu la façon de faire.

Le cas dont vous faites allusion, ce n’est pas la société Guitter qui a fait le paiement au député, l’argent devrait venir à Tinsinkoro selon leur mode de répartition. Comme le député est de la même localité et fils de Tinsinkoro, c’est pourquoi.  Ce n’est pas parce qu’il est député. Ils ont un poste de santé là-bas où ils ont des contractuels qu’ils devraient payés. C’est la communauté elle-même qui a demandé qu’on fasse une avance pour qu’elle puisse payer ces contractuels. Et  elles ont confié cette démarche à leur fils qui est le député Bangaly.

Quand le chèque est venu de Conakry, nous sommes allés devant tout le monde à la commune pour déposer le chèque devant le secrétaire chargé  des collectivités décentralisées qui était le représentant du préfet.

Peut-on  dire que la population a compris que vous vous êtes acquittés de  votre devoir ?

Oui, mais qu’elle est faible. Elle ne peut pas réclamer aux autorités. Après avoir fait ce qu’ils peuvent sans résultat, les membres de la communauté sont venus  demander l’aide auprès de la société.

Est-ce que vous organisez des rencontres de concertation avec les communautés?

Il y a un comité de concertation qui est composé des représentants  de tous les districts. Quand il y’a problème, nous convoquons une réunion à Banankoro avec les représentants de tous les districts, chacun pose son problème puis nous discutons ensemble. Je suis chargé de remonter le compte rendu à la direction. Ensuite, selon notre possibilité, nous faisons face à l’urgence.

Comment vous faites pour atténuer les impacts environnementaux ?   

On prépare un plan minier chaque année, accompagné d’un programme environnemental. Notre activité consiste à creuser la terre et mettre à côté. Donc dès après les activités, on referme le trou puis on passe aux  reboisements parce qu’on a des pépinières ici.

Nous avons aussi un bassin de décantation très grand, où nous utilisons des systèmes avancés pour que le fleuve soit propre durant toute l’année. Nous faisons encore des dédommagements à chaque fois que nous devons exploiter une partie, mais le contrôle des eaux de décantation est notre projet environnemental lié à l’exploitation.

Est-ce que vous avez un plan de gestion environnemental ?

Oui, nous venons de présenter cela comme chaque année, avant c’était  le ministère des mines qui gérait ça, maintenant c’est le ministère de l’environnement. Nous avons élaboré un programme pour la flore, la faune et le développement communautaire qu’on envoie au ministère de l’environnement, qui va envoyer une mission pour valider.

Réalisé à Banankoro par Mdou Oury Bah, Aliou BM Diallo, M. Condé

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
PRÉCÉDENT «
SUIVANT »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOS PARTENAIRES